6c97aef1

Cette fois non pour vous parler de scrap mais je veux vous faire partager un peu de mes vacances! 

Nous sommes partis en Normandie chez nos cousins où nous avons passé une semaine puis nous sommes partis pour le Havre pour y retrouver des amis et nous avons découvert une ville superbe et très propre. Nous avons eu de la chance car nous l'avons découverte sous le soleil! Allez je vous montre

une vue depuis la plage

20190829_134221 R

l'hôtel de ville

20190829_140947 R

Et son superbe jardin

20190829_141006 R

Deux jets d'eau qui se croisent 

20190829_141648 R

 

une belle statue de ce jeune lieutenant 

20190829_140925 R

Le volcan derrière le monument au mort

20190829_141709 R

que je vous montre de plus près

20190829_142155 R

Le volcan tout seul

20190831_155711 R

La main de l'architecte du Volcan plus près

20190829_143946 R

un peu d'histoire

Le Volcan, d’abord Maison de la Culture (la première créée par André Malraux en 1961), puis scène nationale en 1991, Le Volcan est aujourd’hui une des plus importantes scènes nationales en France. C’est un lieu de production et de diffusion artistique de référence nationale dans le domaine du théâtre, des musiques, de la danse, du cirque, des nouvelles esthétiques, des nouvelles images et des arts numériques.

L'ensemble abrite deux salles de spectacles, l'une de 800 places l'autre de 125 places. L'architecte est Oscar Niemeyer.

On appela Le Havre d'abord Franciscopolis ou Ville Françoise, en hommage à François Ier, qui prit l'initiative de bâtir à cet endroit un établissement maritime.

Voici François 1er

20190829_144746 R

 

La cathédrale qui est bien triste

20190831_113647 R

Par contre nous sommes tombés sous le charme de l'église St Joseph que l'on voit de partout dans le Havre

C'est le premier monument que l'on voit en arrivant par la mer.

Au départ c'était une chapelle de 1870 à 1873, ensuite la première église de 1873 à 1944 où une bome détruit une partie de cette église!

Auguste Perret et Raymond Audigier sont les deux architectes à l’origine de la reconstruction de l’église Saint-Joseph

Auguste Perret, qui était athée, voulait que l'église soit aussi un monument à la mémoire des victimes de la guerre tandis que Raymond Audigier, très croyant, souhaitait en faire un cierge de remerciement à Dieu pour le retour de la paix. 

Les travaux débutent le 21 octobre 1951 par la pose de la première pierre. La fin du gros œuvre a lieu en octobre 1957 avec l'achèvement de la tour de 107 mètres et la reprise du culte le 22 mars 1959, les aménagements intérieurs n'étant terminés qu’en 1961. La consécration du maître-autel et des aménagements (baldaquin, stalles) conçus par l’architecte Guy Verdoïa a lieu en 1964.

La nouvelle église Saint-Joseph fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 11 octobre 19656.

En 1997, l'église est parée d'un habillage lumineux.

En 2003, un orgue construit à l’origine en 1966 à Strasbourg, pour la chapelle Saint-Thomas-d’Aquin du Havre, y est installé.

20190831_115148 R

Mais l'intérieur est superbe

20190831_115359 R 

De la lumière naturelle qui illumine cet édifice

20190831_115444 R

20190831_115514 R

20190831_115658 R

Conçue pour résister aux tempêtes tout en conservant une apparence légère, l'église Saint-Joseph est un bâtiment à la structure complexe et tirant parti des meilleures techniques de construction de son époque.

Ce qui frappe le plus le visiteur de l'église est sans doute l'absence de piliers dans sa partie centrale. Tirant parti de l'extrême résistance mécanique du béton, Perret a en effet pu vider le volume intérieur (50 000 m3) de toute structure de soutien visuellement encombrante dans sa zone centrale. La masse de l'édifice repose sur une surface de base de 2 000 m2 et l'église a nécessité 50 000 tonnes de béton. Le bloc de base de l'église repose sur 71 « pieux Franki » de 15 mètres de long. Les 16 piliers de l'église reposent sur 16 puits tubés en béton armé de 1,45 m de diamètre et s'enfonçant à 15 mètres dans le sol. Le clocher exerce un poids de 1 100 tonnes à chaque angle

Le chœur comprenant l’autel majeur, la clôture et le ciborium sont réalisés par l’architecte Guy Verdoïa, en 1964. L'autel est localisé au centre de l'église. C’est, ainsi, une autre des particularités de l’église saint-Joseph. 

Les vitraux sont agencés selon une symbolique précise des couleurs et des formes renvoyant aux recherches de l’Atelier d’Art Sacré, sur les vertus théologales. 

Ces vitraux aux formes strictement géométriques se déclinent en sept couleurs principales (blanc, orange, jaune, vert, violet, rouge et verdâtre) pour former cinquante nuances au total. Les couleurs sont placées du plus sombre à la base au plus clair (le blanc) vers le sommet. Les couleurs dominantes dépendent également de l’orientation. À l’est, lilas rosé, or et vert pour la Nativité. Au sud, orange, jaune et or symbolisent la splendeur et la gloire de Dieu. À l’ouest, le rose dominant et le rouge représentent l’action et la force. Enfin, au nord, le bleu prépondérant est la couleur de la Vierge et du ciel. 

Par ailleurs, sombres en partie basse, les verres s’éclaircissent en allant vers le haut de la tour : ils deviennent translucides au sommet. En outre, le nombre de vitraux augmente proportionnellement avec la hauteur : la partie basse ne comporte qu'un panneau lumineux sur deux alors que le haut est une immense verrière. Ce parti pris architectural et décoratif crée un sentiment d’élévation spirituelle et de grande unité esthétique.

Une particularité non citée sur Wilkipédia le béton chante c'est magique!

 

Comme je n'arrive pas à insérer ma vidéo, je vous mets le lien : https://youtu.be/09VaKLHE1mM

Voilà cette première visite est terminée, je vous retrouve dès que possible pour la suite!

111676616

zrquA3wcq2zn3B5a5HG8o9OZnHs

signature022018